Videograb et campod

Videograb et campod

Vidéo en continu : Haute définition | Faible résolution | Aide - lecteurs multimédia
3:32 min.

Résumé

Quand le Vidograb a été lancé à l'eau en 1992, il a ouvert tout un monde de possibilités pour l'étude du fond océanique. Les scientifiques du MPO se servent de ce matériel de pointe pour faire avancer nos connaissances et notre compréhension des ressources et des merveilles naturelles que nos océans renferment. À l'intérieur du chenal Nord-Est de l'océan Atlantique, dans une région connue sous le nom de Romey's Peak, se trouvent d'abondantes concentrations de corail de profondeur.

Un des navires de recherche océanographique de Pêches et Océans Canada (MPO) utilise un matériel d'échantillonnage appelé Videograb et Campod pour capturer ces spécimens et ces images vivantes.

Transcription de la vidéo

Narrateur
À la toute fin d'une croisière en mer, des chercheurs canadiens à bord du navire de recherche Hudson ont passé plusieurs jours à chercher des coraux des grands fonds. Ils ne se doutaient pas qu'ils allaient découvrir des merveilles au large de la Nouvelle-Écosse.

M. Donald Gordon
Nous nous trouvions dans le Chenal Northeast, à un endroit appelé Romey's Peak, qui a la réputation de receler d'importantes quantités de corail des grands fonds. Et voilà que nous y trouvons de nombreux blocs rocheux et, le long de ces blocs, des concentrations effectivement assez abondantes de corail, particulièrement d'une espèce connue sous le nom de corail corné ou blé de mer, que les pêcheurs appellent aussi des arbres. Tout le monde était rivé aux moniteurs vidéo pendant que nous dérivions et que tous ces coraux s'offraient à notre vue. Nous nous exclamions continuellement devant leur abondance et leur beauté. Mais l'aventure est devenue encore plus exaltante lorsque nous avons décidé d'essayer d'en récolter un à l'aide de notre échantillonneur vidéo. Nous avons très bien réussi. Sur quatre tentatives, nous avons obtenu deux échantillons de corail – dont l'un était un spécimen attaché au roc – ce qui a fait pousser des hourras à tout le navire. Cette expérience a vraiment été très excitante!

Narrateur
Récolter un corail vivant à 350 mètres de profondeur est un exercice difficile, mais c'est aussi une rare occasion d'en apprendre davantage sur les créatures de l'abysse. C'est possible grâce à des engins exceptionnels, conçus et construits par l'Institut océanographique de Bedford à Dartmouth, en Nouvelle-Écosse. Depuis sa création en 1992, l'échantillonneur vidéo a ouvert tout un monde de possibilités à ceux qui étudient le lit des mers. L'appareil est doté de « mâchoires » pour récolter les échantillons de sédiment et les organismes, et de caméras vidéo pour surveiller l'opération.

Donald Gordon
C'est un appareil exceptionnel pour l'échantillonnage. Il est même unique au monde. Lorsque je me rends à des réunions internationales et que je décris notre équipement, j'entends beaucoup d'exclamations dans l'auditoire. Des gens sont venus d'Australie, de Grande Bretagne et de Norvège pour examiner notre appareil parce qu'ils aimeraient en fabriquer de semblables.

Narrateur
Sur le modèle de l'échantillonneur, on a construit le Campod en 1995. Cet engin ne sert pas à prendre des échantillons, mais plutôt des images. Le bâti supporte un appareil-photo 35 mm et deux caméras vidéo : une qui procure une vue latérale par l'avant et l'autre, à haute définition, qui regarde vers le bas. Le Campod et l'échantillonneur vidéo sont « copains de croisière ». On ne peut se servir des deux à la fois, mais ils fonctionnent avec les mêmes accessoires : pièces électroniques et commandes du laboratoire, treuils et câble. Faire passer le câble d'un appareil à l'autre est l'affaire d'une petite demi-heure. Selon leurs besoins, les chercheurs utilisent l'un ou l'autre engin pour saisir des images fantastiques ou prélever des spécimens spectaculaires, qui nous permettent de mieux connaître et comprendre les ressources et les merveilles naturelles que renferme notre terre tout au fond de la mer.

L'émission Planète vivante est produite en collaboration avec Pêches et Océans Canada.