58. L’avion de brousse (1919)

L’avion de brousse

À l'origine, les campagnes de terrain de la Commission géologique du Canada dépendaient des chevaux de somme ou des canots pour voyager à travers la nature sauvage. Selon l'état du terrain, les deux options avaient des limites. Un cheval pouvait transporter jusqu'à 130 kilogrammes et parcourir environ 30 kilomètres par jour, tandis qu'un canot de 17 pieds (~5 mètres) pouvait transporter environ 450 kilogrammes et parcourir quelque 25 kilomètres par jour.

Au début des années 1920, W. H. Collins, directeur de la Commission, a encouragé ses géologues à utiliser des avions pour transporter les personnes et les approvisionnements à des endroits éloignés ainsi qu’à des fins de reconnaissance aérienne. Cela a révolutionné les travaux de terrain en facilitant la logistique et en rendant les voyages plus rapides. Par exemple, en 1919, le premier avion de brousse utilisé au Canada était l'hydravion à coque Curtiss HS‑2L. Ce dernier pouvait transporter 968 kilogrammes et avait une autonomie de 830 kilomètres et une vitesse de croisière de 105 kilomètres/heure. Il est demeuré l'avion de brousse prédominant au Canada jusqu'au milieu des années 1920.

L'hydravion à coque Vickers Vedette est devenu l'avion de choix à la fin des années 1920, et les avions de brousse sont demeurés essentiels aux travaux de terrain de la Commission. Leur utilisation a rendu la nature sauvage du Canada plus accessible à l'exploration et a permis d'ouvrir de nombreuses nouvelles régions aux études géologiques.

Categorie : Travaux de terrain

Décennie : Années 1910

Références

Martineau, A. 17¢ Curtiss HS-2L 1979. http://www.allnumis.com/stamps-catalog/canada/mammal-water/17-curtiss-hs-2l-1979-4070

Gussow, W.C., 1999. W.H. Collins (1878-1937), Stellar Canadian Geologist; Geoscience Canada, v. 26, no. 2, p. 86–88. https://journals.lib.unb.ca/index.php/GC/article/viewFile/4007/4521

http://www.cmhg.gc.ca/cmh/image-587-eng.asp?page_id=657

Home - Accueil

Date de modification :