122. Sismographe de fond de mer (Années 1970)

Sismographe de fond de mer 1
Sismographe de fond de mer 2

Les levés de sismique-réfraction sont utilisés pour définir la géométrie à grande échelle de la croûte terrestre et les propriétés physiques de ses couches. Les levés de sismique-réflexion révèlent la géométrie à petite échelle et offrent, avec les données de réfraction, une représentation plus complète de la géologie de la croûte.

Toutefois, entreprendre des levés dans les eaux marines représente un défi. Jusqu’au milieu des années 1970, les capteurs acoustiques de surface (bouées acoustiques) utilisés dans les levés de sismique-réfraction au large de la côte est du Canada présentaient de sérieuses limites. La dérive des bouées acoustiques entraînait une incertitude quant à leur position, des instruments étaient perdus, et les ondes de cisaillement, utiles pour distinguer les types de roche, ne pouvaient être enregistrées puisqu’elles ne peuvent traverser un fluide. Le défi consistait à développer des capteurs pouvant résister aux fortes pressions des profondeurs abyssales, enregistrer les données requises, puis remonter à la surface pour être récupérés.

Le sismographe de fond de mer (« ocean bottom seismometer – OBS »), développé à la fin des années 1970 par le personnel de la Commission géologique du Canada à l’Institut océanographique de Bedford, représentait la solution. L’enregistrement de l’énergie sismique avec un OBS permettait d’éliminer le bruit des ondes. En rattachant l’OBS au plancher océanique, on améliorait le rapport signal/bruit. Les ondes de compression et de cisaillement pouvaient être enregistrées, ce qui permettait de distinguer les types de roche. D’autres améliorations y ont ensuite été apportées, notamment la conversion vers les instruments numériques dans les années 1990.

Categorie : Équipement et appareils

Décennie : Années 1970

Home - Accueil

Date de modification :