134. Forêts fossiles (1985)

Forêts fossiles

Certains endroits de l'Arctique canadien fournissent des indices importants sur les climats plus chauds qui régnaient autrefois. Aujourd'hui, l'Extrême‑Arctique a des étés courts et frais et de longs hivers froids, la température annuelle moyenne se situant aussi bas que ‑20 °C. Des formations sédimentaires, ayant un âge allant de 45 à 3 millions d'années, contiennent des restes fossilisés de forêts luxuriantes de feuillus à larges feuilles ou de conifères à feuilles persistantes et évoquent une image différente de celle de l'Arctique.

La forêt fossile de Napartulik sur l'île Axel Heiberg est le plus important de ces sites. En 1985, Brian Ricketts, géologue de la Commission géologique du Canada, a trouvé et signalé les restes incroyablement préservés d'une ancienne forêt. Des études subséquentes ont révélé que la forêt s'était développée il y a environ 45 millions d'années dans des conditions de climat chaud et humide, avec de courtes saisons de croissance annuelle alternant avec et des périodes continues de lumière et d’obscurité comme celles qui existent dans l'Arctique d'aujourd'hui.

Les strates sédimentaires plus jeunes dans l'Extrême‑Arctique, incluant les formations de Ballast Brook et de Beaufort, contiennent des vestiges de forêts de conifères ayant de 15 et 5 millions d'années. Comme la position de la région par rapport au pôle Nord n'a pas beaucoup changé au cours des 45 derniers millions d'années, les forêts fossiles sont des preuves claires que le climat de l'Arctique a changé de manière remarquable au cours du temps.

Categorie : Roches, fossiles, minéraux et météorites

Décennie : Années 1980

Home - Accueil

Date de modification :