152. Dépôts de tsunami (1994)

Dépôts de tsunami

Les plus importants séismes dans le monde surviennent autour de la ceinture de feu du Pacifique, où les plaques océaniques en expansion s’enfoncent sous les imposants continents avoisinants. La seule exception est la plaque océanique Juan de Fuca, qui s’enfonce jusqu’à 5 cm par année sous la côte ouest de l’Amérique du Nord, mais qui n’a historiquement pas connu de séisme important.

À la fin des années 1980, les géologues ont reconnu que des séismes violents étaient survenus le long de la côte des États-Unis avant que de tels événements ne soient enregistrés. Dès lors, il est devenu prioritaire de déterminer le risque sismique régional et le taux de récurrence de ces séismes dévastateurs.

En 1994, les géologues John Clague et Peter Bobrowsky, de la Commission géologique du Canada, ont publié des preuves déterminantes qu’un grand séisme était survenu au cours des derniers 400 ans. Ils avaient découvert une épaisse couche de sable enfouie sous une accumulation d’un demi-mètre de marais, cette couche n’ayant pu être déposée que par un grand tsunami. L’autre pièce du casse-tête a été trouvée de l’autre côté de l’océan. De méticuleux registres portuaires japonais ont révélé qu’un « tsunami orphelin » (un tsunami qui n’est associé à aucun séisme) avait frappé le Japon le 26 janvier 1700. Ce tsunami n’avait pu être causé que par le plus récent méga-séisme de l’Amérique du Nord, ce qui a permis de lui attribuer une date précise.

Categorie : Progrès scientifiques

Décennie : Années 1990

Home - Accueil

Date de modification :