La science peut changer votre vie

Adelene Gaw a fait des études en sciences en raison de son amour des mathématiques et de son désir d’explorer des possibilités de carrière qui correspondent à ses champs d’intérêt. « Je ne savais vraiment pas ce que je voulais faire à la fin de mes études secondaires. J’ai donc décidé d’étudier en sciences pour les nombreux choix de branches possibles », explique-t-elle. « Il y a tant de carrières intéressantes qui s’offrent aux étudiants en sciences. »

Pendant ses études à l’Université McMaster, elle a décidé de s’inscrire au programme de physique médicale et de radioprotection. « Ce qui m’a attiré dans ce programme, ce sont les professeurs, qui sont passionnés par leur travail et qui aiment interagir avec les étudiants. La possibilité de travailler dans les installations nucléaires de l’Université McMaster, notamment avec le réacteur nucléaire, ce que j’ai pu faire dans le cadre du programme, me plaisait aussi beaucoup. » Adelene a également été admise au programme de maîtrise en radioprotection, qui porte sur la protection des travailleurs et de la population contre l’exposition aux radiations. Sa formation lui a permis d’acquérir des bases solides sur lesquelles elle peut s’appuyer dans son rôle de coordonnatrice de la Section des opérations techniques relatives au radon au Bureau de la radioprotection de Santé Canada.

C’est un travail intéressant, car le radon est une importante source d’exposition aux radiations », explique-t-elle. « Le radon dans les maisons représente, pour la plupart des gens, la plus grande source d’exposition aux radiations au cours de leur vie. »

Avant d’intégrer le Programme national sur le radon de Santé Canada, Adelene a travaillé pendant plus de dix ans dans le domaine de l’évaluation de l’exposition au rayonnement nucléaire et des risques connexes. Elle dirige actuellement l’élaboration de lignes directrices à jour sur la mesure et l’atténuation du radon, ainsi que sur la gestion des matières radioactives naturelles du Canada. Dans le cadre de ses fonctions, Adelene a aussi l’occasion de travailler avec le public et des partenaires pour faire mieux connaître les mesures fondées sur des données probantes qui peuvent aider les Canadiens à réduire leur risque de développer un cancer du poumon induit par le radon.

delene a de judicieux conseils à partager avec quiconque envisage de faire carrière en sciences. « Ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier. Considérez les nombreuses options qui s’offrent à vous dans ce domaine », conseille-t-elle. « Souvent, les gens étudient en sciences dans le but de devenir médecins, sans réaliser toute l’étendue des possibilités qui s’offrent à eux! C’est l’une des découvertes passionnantes que j’ai faites quand je me suis lancée en sciences. »

Adelene souhaite faire la promotion du travail des femmes dans les domaines des sciences, des technologies, de l’ingénierie et des mathématiques (STIM). Elle participe à l’initiative Femmes en STIM de la Commission canadienne de sûreté nucléaire, où elle a travaillé avant d’être recrutée par Santé Canada. « Il y a tellement d’excellentes candidates pour des postes en sciences. »

Dans ses temps libres, Adelene aime parcourir le monde et s’adonne à la confection de courtepointes pour laisser libre cours à son côté artistique. Elle est sans contredit une femme polyvalente!


Attirons l’attention sur le travail exceptionnel des femmes en sciences! Cet article fait partie d’une série d’un mois pour célébrer les femmes dans le domaine des sciences, à partir de la Journée internationale des femmes et des filles de science (11 février) jusqu’à la Journée internationale de la femme (8 mars). Pour lire encore plus d’articles sur les femmes extraordinaires qui travaillent en sciences, rendez-vous sur le blogue Les Canadiennes dans le domaine des STIM.


Date de modification :