Faire le lien entre pollution de l’air et santé

Est-ce que la pollution de l’air et les changements climatiques ont des effets sur nous avant même notre naissance? C’est ce qu’un scientifique de Santé Canada, Eric Lavigne (Ph. D.), essaie de déterminer. Dans ses recherches, il se penche sur les effets sur la santé humaine de l’air qui nous entoure, y compris de la pollution, des températures extérieures, des changements climatiques et des allergènes.

À l’appui des mesures du gouvernement du Canada par rapport à la qualité de l’air, Eric fait des recherches au sujet des effets de la pollution de l’air sur la santé, notamment sur le risque de mortalité et la probabilité d’asthme dû à certaines conditions atmosphériques précises à divers moments de nos vies.

« Dans un projet, nous nous penchons sur l’effet de l’exposition à la pollution de l’air pendant la grossesse et après la naissance », explique Eric. « Nous voulons savoir s’il pourrait y avoir un lien entre une exposition à la pollution de l’air et des problèmes de santé qui se manifestent au cours de la vie ou dès la naissance. » Cette information sera utile pour guider les politiques et la réglementation du gouvernement du Canada.

Eric et son équipe découvrent que l’exposition de femmes enceintes à la pollution de l’air a des effets sur les enfants à la naissance. En fait, plus il y a d’exposition à la pollution de l’air pendant la grossesse, plus le bébé est à risque d’avoir un faible poids à la naissance ou de naître prématurément. « Nous avons remarqué que les jeunes enfants de moins de 5 ans ont un risque accru de développer de l’asthme si leur mère a été exposée à de fortes concentrations de pollution de l’air pendant la grossesse ou s’ils y ont été exposés à un jeune âge. »

Les chercheurs ont examiné des données administratives concernant les naissances de 1990 à 2012 et les ont corrélées à des données satellites concernant la pollution de l’air afin de créer des modèles de pollution pour des moments et des endroits précis. À l’aide de ces données, Eric s’est penché sur les particules fines et ultrafines se trouvant dans l’air qui sont associées au développement de l’asthme chez l’enfant. « Nous avons remarqué que le risque pour l’enfant est particulièrement accru si la femme enceinte est exposée au cours du deuxième trimestre de grossesse. »

Eric et son équipe examinent maintenant les effets des facteurs environnementaux pendant la grossesse et l’enfance. L’Étude canadienne sur l’environnement, la grossesse, le nourrisson et l’enfant (CanEPIC) se penchera sur la pollution, mais également sur les espaces verts, le bruit urbain et l’environnement bâti (p. ex. allées, accès piétonniers). « Dans quelle mesure ces facteurs influent-ils sur la santé? », se demande Eric. « Des chercheurs de Santé Canada veulent savoir s’il y a des éléments précis, comme des types d’arbres ou d’espaces verts particuliers, qui peuvent réduire les effets négatifs de la pollution de l’air. »

L’équipe commencera à obtenir des résultats au cours des prochains mois et continuera de recueillir de l’information jusqu’en 2022 pour réaliser diverses analyses afin de mieux comprendre les effets de la pollution de l’air sur la santé.

Fait chaud là!

En plus d’explorer les effets de la pollution de l’air sur la santé, Eric examine aussi le possible lien entre la chaleur accablante et la mortalité. Il fait des projections et des modèles d’avenir en fonction de divers scénarios d’émission de gaz à effet de serre. En collaboration avec le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), Eric se penche sur divers scénarios, dont l’un d’émissions élevées où l’augmentation des gaz à effet serre se poursuit pendant des décennies et d’autres où des mesures strictes sont prises en vue de réduire les émissions.

Les projections de l’équipe s’appuient sur des scénarios afin de prédire les températures futures jusqu’en 2100. « Nous pouvons alors évaluer l’effet de la température sur la mortalité et sur les hospitalisations partout dans le monde en fonction d’une possible augmentation des vagues de chaleur », explique Eric.

L’initiative internationale de collaboration multipays et multivilles en recherche (Multi-city Multi-country Research Collaboration) recueille des données du monde entier. « Dans un contexte où les émissions de gaz à effet de serre continuent d’augmenter, les constatations indiquent qu’il y aura un plus grand nombre de vagues de chaleur et que les possibilités de décès seront encore plus élevées qu’aujourd’hui, en particulier au sein des populations à risque, notamment les personnes vivant avec une maladie chronique, les adultes âgés et les personnes immunosupprimées », indique Eric. La participation continue de Santé Canada au projet fera progresser la compréhension mondiale de l’influence des changements climatiques sur les effets de la qualité de l’air, de même que des avantages communs de la réduction de la pollution de l’air en période de changements climatiques.


Date de modification :