La science au MPO

Transcription

Trevor Swerdfager

Bonjour, mon nom est Trevor Swerdfager, je suis le sous-ministre adjoint des Sciences ici à Ottawa au ministère de Pêches et Océans.

Le petit vidéo que vous allez voir a été créé dans le but de vous donner un aperçu de le grand portée, la vaste ampleur de notre programme des sciences ici au ministère de Pêches et Océans.

Vous aurez la chance d’en apprendre un peu sur le vaste éventail de travail que nous réalisons, d’une côte à l’autre en mer et à l’occasion dans les airs.

Notre réputation repose sur nos travaux scientifiques examinés toujours par les pairs, et nos activités contribuent aux décisions clés que nous prenons.

Les sciences sont au centre de ce que nous faisons et contribuent à chacun des volets de notre mission.

Jessica Sameoto, biologiste principale, Institut océanographique de Bedford

Alain d’Entremont, chef de l'exploitation, O’Neil Fisheries Limited, Scotia Harvest Seafoods Inc.

Carmen Bernie, capitaine du navire de pêche (NP) Brittany and Madison III, LBM Fisheries

Notre travail appuie les avis scientifiques destinés à la gestion des pêches.  Cela signifie que nous sommes ceux et celles qui offrent des conseils scientifiques et qui vont sur place et évaluent le nombre de pétoncles qui se trouvent dans la nature et qui peuvent être récoltés pour soutenir une pêche durable.

Nous collaborons directement avec l'industrie à tous les niveaux.  En fait, nous partons en haute mer faire nos relevés directement à bord des bateaux de pêche de l'industrie.

Par le passé, cela nous a aidé à fermer temporairement certaines zones pour permettre aux pétoncles de croître sans que l'humain s'en mêle.  En d'autres endroits, il peut y avoir une population abondante de pétoncles plus âgés et ce sont ces endroits que nous voudrions exploiter plutôt que ceux des juvéniles plus sensibles. Ça oriente une bonne partie de mes activités et ma façon de planifier mes affaires.

Vous savez, si j'emprunte de l'argent, comme investisseur je veux pouvoir le rembourser. Grâce au processus scientifique, je sais que la ressource est là et que je pourrai rembourser ce que je dois.

Narrateur

Nos avis scientifiques répondent aux besoins de nos clients. Nos activités de surveillance trouvent de nouveaux enjeux comme le réchauffement climatique et ses impacts. Notre science et notre recherche visant la réglementation sur la santé des animaux aquatiques soutiennent nos exportations. Nous œuvrons en faveur des objectifs du Canada sur la scène internationale.

Narrateur

Nous assurons cinq fonctions scientifiques : recherche; avis; gestion des données; produits de données et services; surveillance des changements dans les eaux canadiennes ... à l'aide de bouées autonomes, de satellites, de navires et même d'hélicoptères.

Charles Hannah – Océanographe physicien, Institut océanographique de Bedford

En fait, lorsque nous sortons en hélicoptère à la fin de l'hiver et que nous utilisons un appareil qui mesure la température de l'eau jusqu'à une profondeur d'environ 200 m, ce que nous observons depuis quelques années est le réchauffement de la couche supérieure de l'océan. Parfois, la température est telle que l'eau ne peut geler et nous obtenons donc de moins en moins de glace de mer. Ces changements s'étendent à toute la colonne d'eau et persistent pendant toute l'année; nous anticipons donc que des changements surviendront bientôt dans l'écosystème et qu'ils auront des effets sur des éléments tels que le homard, le crabe des neiges et d'autres ressources halieutiques du golfe du Saint-Laurent.

Narrateur

Le travail scientifique est réalisé en grande partie sur le terrain et en été..., saison brève, mais chargée. Le reste du temps, le personnel travaille en laboratoire pour tester et organiser les résultats et rédiger des avis scientifiques dans un des 14 instituts de recherche de Pêches et Océans Canada dans l'ensemble du pays.

Narrateur

Nos équipes sont variées. Près de 1 500 personnes travaillent pour les Sciences du MPO. Des scientifiques possédant une expertise en biologie, écologie, génétique, chimie, océanographie physique, hydrographie, mathématique, modélisation de la population, sciences vétérinaires, etc. Des techniciens en recherche, des ingénieurs, des techniciens électroniques, des gestionnaires et des superviseurs, des experts en systèmes informatiques, des administrateurs. Nous représentons environ 15 % des effectifs du MPO.

Narrateur

La recherche sur les populations de poissons est la partie la mieux connue de nos activités. Notre travail d'évaluation des stocks nécessite une collaboration étroite avec la Gestion des pêches et l'industrie pour les décisions d'accès aux ressources et d'allocation. Grâce à nos recherches sur les stocks de poissons et les facteurs qui les influencent, nous sommes en mesure de tenir efficacement notre rôle dans la gouvernance internationale des stocks de poissons.

Narrateur

Cet été, le relevé au chalut réalisé à bord du navire de la Garde côtière canadienne Ricker visait à aider les gestionnaires à définir les prélèvements possibles pour une des principales pêches commerciales de la Colombie-Britannique. En général, les relevés scientifiques réalisés en mer, qui, chaque fois, nécessitent des semaines d'étude et des milliers de milles marins, servent à comprendre les stocks de poissons, à examiner les changements écosystémiques susceptibles de les affecter, à déterminer les déplacements des poissons et en expliquer les raisons.

Jennifer Vollrath, Conseillère scientifique, Sciences stratégiques et réglementaires

Jennifer Vollrath : les Sciences du MPO ont à leur disposition quinze navires de la Garde côtière canadienne et des embarcations. Nous les employons pour surveiller l'état des océans, évaluer les pêches et obtenir des données hydrographiques. Nous menons des activités sur les côtes atlantique et pacifique, dans le golfe du Saint-Laurent et les Grands Lacs. Lorsque l'occasion se présente, nous effectuons des missions dans l'Arctique à bord de brise-glaces de la Garde côtière.

Narrateur

Les activités scientifiques en mer jouent un rôle important dans l'économie côtière canadienne. Notre industrie de la pêche commerciale représente plus de 2 milliards de dollars par an. Les scientifiques réunissent des données qui appuient les décisions de gestion des pêches. Grâce à leurs avis, le MPO maximise les possibilités économiques pour le Canada tout en garantissant la durabilité des ressources océaniques.

Narrateur

Selon l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, l'aquaculture est une composante essentielle de la sécurité alimentaire de l'avenir. En 2050, la terre devra nourrir 9,1 milliards de personnes. Forte d'une croissance annuelle mondiale de 7 %, l'aquaculture est le système de production alimentaire qui connaît la croissance la plus rapide. Au Canada, les interactions environnementales et biologiques entre aquaculture et environnement sont étudiées par notre Programme de recherche sur la réglementation de l'aquaculture. La recherche sur l'aquaculture multitrophique intégrée permet des activités aquacoles plus intelligentes et le Programme de recherche en aquaculture mené en collaboration avec l'industrie garantit sa durabilité.

Terry Mills, Norlantic Processors Ltd.

Harry Murray, chercheur, Centre des pêches de l'Atlantique nord-ouest

Nous avons lancé nos activités il y a sept ans dans cette partie de la baie, et nous avions besoin de sites d'élevage supplémentaires. La seule zone disponible sur la côte nord-est se trouvait en eau plus profonde, c'est-à-dire en haute mer.

Nous avons commencé à faire quelques recherches de notre côté, seulement de petits essais commerciaux, et les résultats étaient encourageants. Nous avons élevé des moules dans une zone assez profonde pendant quelques années, et nous avons examiné les résultats. Évidemment, nous n'étions pas en mesure de réaliser des examens adéquats, et nous avions besoin de sciences appliquées pour confirmer nos analyses. Nous avons alors rencontré une équipe du MPO. Nous avons fait la connaissance de Harry, après quoi nous avons rassemblé et soumis nos résultats, et c'était parti!

Nous nous trouvons à la baie Notre Dame dans une zone appelée Pleasantview, d'où nous pouvons admirer la vue sur notre projet du PCRDA portant sur l'étude de la croissance et de la santé des moules en eau profonde par rapport aux moules élevées en eau peu profonde, selon la technique plus habituelle.

Narrateur

La science protège aussi les marchés. Le Programme canadien de santé des animaux aquatiques contribue à prévenir l'apparition de nouvelles maladies et à maintenir notre accès aux marchés d'exportation. Quatre laboratoires réalisent des diagnostics de conformité à la réglementation, à Nanaimo, Winnipeg, Charlottetown et Moncton. Les tests qu'ils font sont validés conformément aux normes internationales afin de garantir l'exactitude des résultats. Leur personnel joue un rôle de premier plan dans la protection des précieux marchés de poisson et de fruits de mer canadiens. En 2014, nos exportations s'élevaient à 4,9 milliards de dollars.

Nellie Gagné, chercheuse, Centre des pêches du Golfe

Mon nom est Nellie Gagné. Mon principal travail est chercheure scientifique, mais aussi on doit s’occuper du contrôle de qualité, donc j’ai un rôle de gestionnaire du contrôle de qualité dans notre groupe également et on travaille à mettre au point des appliqués, des  méthodes de détection des maladies, des parasites, des virus ou des bactéries qui affectent les poissons, les mollusques ou les crustacés. Il est très important dans notre code d’appliquer des méthodes et façons  rigoureuses, exactes, précises … d’avoir un niveau de qualité dans les laboratoires qui rencontrent des normes internationales et les dépassent même pour s’assurer qu’on remette toujours des résultats précis, exactes, répétables …. donc c’est essentiel de maintenir ce niveau de qualité dans nos laboratoires

Narrateur

Nous menons aussi des recherches poussées sur l'environnement et la biodiversité, sur les espèces en péril, la biodiversité et le réseau trophique et sur les espèces envahissantes.

DE PLUS, nos activités scientifiques visent la durabilité des écosystèmes comme pour le Plan national de conservation.

Ce programme mobilise les intervenants et les collectivités en vue de favoriser la conservation marine et côtière. Il comprend des activités de recherche et de surveillance dans les zones de protection marine et évalue l'état des connaissances sur les écosystèmes marins.

Narrateur

Il arrive que les scientifiques du MPO fassent des découvertes passionnantes, comme des espèces rarement aperçues vivant dans les profondeurs ou des espèces inconnues de la science... et parfois ce qu'ils trouvent est très ancien. Ainsi, l'année dernière, le Service hydrographique du Canada s'est réjoui avec Parcs Canada de la découverte du NSM Erebus, navire de Franklin disparu depuis longtemps.

Narrateur

En plus d'établir les cartes marines requises pour la sécurité de nos voies navigables et de nos ports, le Service hydrographique du Canada cartographie les plateaux continentaux dans l'Arctique et l'Atlantique, dans un effort de défense de la souveraineté du Canada et d'appui à une éventuelle mise en valeur des ressources. En vertu du droit de la mer, chaque nation qui a ratifié le traité de la Conférence des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS) peut présenter des données du plancher océanique démontrant que le plateau continental est le prolongement géologique du continent. Les données des fonds marins pourraient étendre les frontières légales au-delà de la limite des 200 milles marins par défaut et atteindre 350 milles marins. Voir plus, le Service hydrographique du Canada cartographie des fonds marins pour appuyer les revendications du Canada.

Narrateur

Les sciences du MPO jouent un rôle important pour le Ministère sur la scène internationale; elles contribuent à la prise de décisions intergouvernementales et à la science des écosystèmes pour la gestion des pêches régionales. Les données océaniques sont communiquées partout dans le monde et sont à la base de produits et de services pour la météorologie, la gestion des urgences et la sécurité de la navigation. Le MPO collabore également aux accords bilatéraux et à la recherche spécialisée, comme les stratégies de dispersion du déversement de pétrole de Deepwater Horizon dans le golfe du Mexique. Le MPO soutient le programme de flotteurs Argo qui permet de mieux connaître l'influence des océans sur le climat et les scientifiques du MPO ont pris part au Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat. Nous participons aux grandes organisations scientifiques de l'Atlantique et du Pacifique, au Conseil international pour l'exploration de la mer et à l'Organisation des sciences de la mer pour le Pacifique Nord. La coopération internationale est en effet nécessaire à la compréhension des enjeux mondiaux. Récemment, le Canada s'est joint aux États-Unis et à l'Union européenne dans la déclaration de Galway pour la coopération scientifique sur l'Atlantique. Ainsi, nos chercheurs apportent tous les bienfaits de la science mondiale aux Canadiens et aux Canadiennes.

Conclusion : Narrateur

Comme vous pouvez le constater à partir de cette présentation, les gens sont notre investissement le plus important, et nos avis scientifiques examinés par les pairs sont au cœur de notre réputation. Ce que nous faisons en sciences contribue aux décisions et au mandat du ministre – qu'il s'agisse de la gestion des pêches, de la conservation des espèces en péril, de la surveillance des océans, ou de la conservation des océans. Le Secteur des sciences et les scientifiques --contribuent à chacun des volets de la mission du MPO.

Remerciements :

Les images de Argo sont une gracieuseté du Argo Project Office (www.argo.ucsd.edu)

Garde côtière canadienne

Service hydrographique du Canda (SHC)

LBM Fisheries

Marine Institute of Ireland (Institue marine de l’Irlande)

Parcs Canada

O’Neil Fisheries Limited/Scotia Harvest Seafoods Inc.

Norlantic Processors Ltd.

Digiteyes – Pat Anderson Photography

Stonehaven Productions, Montréal

Produit par : Pêches et Océans Canada

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter le www.dfo-mpo.gc.ca.

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, 2015

Date de modification :