Élevage de moules en eau profonde à Terre-Neuve-et-Labrador

Pêches et Océans Canada présente :

RECHERCHE SUR L'AQUACULTURE

Élevage de moules en eau profonde à Terre-Neuve-et-Labrador

Je m'appelle Harry Murray. Je suis un scientifique de Pêches et Océans Canada du Centre des pêches de l'Atlantique nord-ouest (CPANO) de St. John's. Mon équipe et moi travaillons sur un projet visant à comparer la croissance et la santé des moules élevées en eau peu profonde par rapport aux moules élevées en eaux profondes.

[Harry Murray, chercheur scientifique, Pêches et Océans Canada (MPO)]

PCRDA – Programme coopératif de recherche et développement en aquaculture. Il s'agit d'un programme de financement géré par Pêches et Océans Canada qui fournit des fonds aux chercheurs du MPO pour qu'ils collaborent directement avec l'industrie.

L'éleveur est Norlantic Processors Ltd., dont le président est Terry Mills. Terry est venu me poser une question à savoir si nous pouvions examiner la possibilité d'élever des moules en zone extracôtière. Il avait cette idée en tête depuis plusieurs années.

[Terry Mills, Norlantic Processors Ltd.]

Je m'appelle Terry Mills. Je suis gestionnaire, superviseur d'installation et copropriétaire de Norlantic Processors Ltd. Nous avons lancé nos activités il y a sept ans dans cette partie de la baie, et nous avions besoin de sites d'élevage supplémentaires. La seule zone disponible sur la côte nord-est se trouvait en eau plus profonde, c'est-à-dire en haute mer.

Nous avons commencé à faire quelques recherches de notre côté, seulement de petits essais commerciaux, et les résultats étaient encourageants. Nous avons élevé des moules dans une zone assez profonde pendant quelques années, et nous avons examiné les résultats. Évidemment, nous n'étions pas en mesure de réaliser des examens adéquats, et nous avions besoin de sciences appliquées pour confirmer nos analyses. Nous avons alors rencontré une équipe du MPO. Nous avons fait la connaissance de Harry, après quoi nous avons rassemblé et soumis nos résultats, et c'était parti!

Nous nous trouvons à la baie Notre Dame dans une zone appelée Pleasantview, d'où nous pouvons admirer la vue sur notre projet du PCRDA portant sur l'étude de la croissance et de la santé des moules en eau profonde par rapport aux moules élevées en eau peu profonde, selon la technique plus habituelle.

L'élevage en eau profonde n'est pas une nouvelle technique; en fait, elle est pratiquée à plusieurs endroits ailleurs dans le monde. Toutefois, il s'agit d'une technique encore peu utilisée à Terre-Neuve. L'idée derrière l'élevage en eau profonde consiste à accroître la durabilité à long terme de l'industrie.

Dans le cadre de ce projet, nous avons également recueilli des données environnementales. Ces données sont importantes, car les animaux grandissent en milieu aquatique, ainsi tout ce qui est susceptible de modifier le milieu les affectera directement.

L'instrument que voici s'appelle une échosonde; c'est un instrument océanographique qui nous permet de mesurer divers paramètres environnementaux comme l'oxygène, la température, la salinité et la chlorophylle. Nous allons l'utiliser aujourd'hui pour établir un profil environnemental ou océanographique de la colonne d'eau.

On pense qu'il existe des zones en eau profonde qui  soutiennent des concentrations très élevées de nourriture pour les moules. Si vous pouviez trouver une de ces zones et y installer les moules, ce serait l'idéal pour elles.

Si seulement vous trouviez cette zone, les conditions de croissance et de santé des moules seraient optimales, tout en affichant un très faible niveau de stress. De plus, l'environnement en eau profonde est beaucoup plus stable. Les animaux préfèrent les environnements stables; plus l'environnement est stable, mieux les moules s'en porteront.

Nous acquérons énormément de connaissances et, au cours de cette période, nous avons eu l'occasion de travailler avec une étudiante diplômée extraordinaire, Daria Gallardi. Daria est une étudiante au doctorat qui travaille sur le projet, et elle a apporté, tout au long du projet, beaucoup de nouvelles idées très novatrices[Daria Gallardi, candidate au doctorat à l'Université Memorial de Terre-Neuve]

Nous voulons comprendre la réponse physiologique des moules face au stress. Nous cherchons à trouver des gènes particuliers relatifs à des caractéristiques environnementales précises, comme la température ou la salinité.

C'est la partie du projet où nous examinons les changements chez certains types d'enzymes en lien avec la réponse environnementale des moules. Grâce à des études antérieures, nous savons que certaines protéines et leurs gènes connexes peuvent répondre aux facteurs de stress, aux modifications de la salinité, à la température, etc.  Nous examinons donc un groupe de gènes précis liés à ce type de système. Pour ce faire, nous devons échantillonner les tissus branchiaux. Nous allons les congeler et les rapporter au laboratoire, où nous pourrons réaliser des essais de biologie moléculaire spécifiques sur ce type de tissus afin de déterminer comment ces gènes répondent au fil du temps.

Les résultats indiquent que les moules élevées en eau profonde se portent un peu mieux que celles élevées en eau peu profonde.

Le projet valait la peine d'un point de vue scientifique, de même qu'en vue de l'application commerciale de la mytiliculture en eau profonde.

Ce travail est très important pour l'industrie elle-même, car la mytiliculture prend de l'ampleur alors que le nombre de sites en eau peu profonde disponibles diminue, ce qui devient vraiment problématique pour l'expansion de l'industrie. Il s'avère donc utile d'explorer les possibilités de culture en eau plus profonde, de sorte que nous pourrons maintenir ou améliorer la durabilité de l'industrie au fil du temps.

Il reste encore plusieurs questions auxquelles il faut répondre. Jusqu'à maintenant, nous avons répondu à un grand nombre de questions, et je crois que ce processus et ce projet susciteront l'intérêt d'autres parties et régions du Canada, voire d'ailleurs dans le monde.

Voici un boudin de moules prélevé à notre site en eau profonde du bras sud. Des moules ont été suspendues à 15 m sous la surface pendant 12 mois. Le résultat : elles sont magnifiques.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter le www.dfo-mpo.gc.ca.

© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2015

 

Remerciements particuliers à :

Norlantic Processors Ltd.

Président

Terry Mills

Membres d'équipage

Murray Allen

Dwayne Blake

Roger Brett

Marjory Brett

Wallace Sheppard

Programme coopératif de recherche et développement

en aquaculture (PCRDA) de Pêches et Océans Canada

 

Membres de l'équipe de recherche du PCRDA

Scientifique responsable (MPO)

Harry Murray

Candidate au doctorat

Daria Gallardi

Techniciens en recherche (MPO)

Dwight Drover

Sharon Kenny

Université Memorial de Terre-Neuve

Équipe de production

Gestion de projet (MPO)

Tara Donaghy

Conseillère scientifique

Emily Nelson

Soutien administratif

Dominique Bussière

 

Production et direction

Wavelight Productions

Date de modification :