Reconnaissance des résultats obtenus

Le projet pilote était le sujet d’un atelier dans le cadre de la conférence printanière de l’Association de l'éducation coopérative de l'Ontario (du 27 au 29 avril 2014) et de la conférence de l’Ontario Association of Physics Teachers (le 24 mai 2014). Les meilleurs projets COOP en ligne de recherche étaient :

  • présentés dans La revue pour les étudiants en technologie et sciences et diffusés dans toutes les écoles secondaires de l’Ontario ;
  • présentés à la communauté universitaire nationale lors de la conférence annuelle sur les sciences et l’innovation de l’Ontario ;
  • présentés sur le site Science.gc.ca, avec un blogue pour les jeunes scientifiques permettant aux élèves de partager leurs expériences et leurs idées entre eux et avec le grand public. 

Certains projets de recherche développés pendant le programme étaient présentés dans La revue pour les étudiants en technologie et sciences :

La revue pour les étudiants en technologie et sciences

Édition complète en format PDF

 

L'expérience des étudiants

« Selon mes expériences, le programme Co-op de recherche en ligne est la meilleure façon de s’intégrer dans le monde de la recherche scientifique. Dans un autre contexte, avoir la chance de communiquer et de partager tes idées avec un professeur d’université lorsque que tu es seulement au secondaire est presqu’impossible à obtenir. Voici alors la beauté de ce programme. Avec l’assistance continue de mon mentor/professeur madame Scorza, j’ai eu la chance d’étudier en profondeur les cancers leucémiques et j’ai même pu créer mon premier texte scientifique! J’ai tellement aimé ce placement Co-op que j’ai décidé de m’inscrire une deuxième fois pour revivre cette expérience formidable. Merci aussi à Lauren Sykes, la directrice du programme, pour ce placement! » (Tarek Omaiche, Collège catholique Samuel-Genest)

« Je m’appelle Jasper Kibzey. Je suis étudiant en 11e année à l’École Secondaire catholique Archevêque Denis O’Connor. Depuis que j’étais jeune, j’ai toujours été intéressé par le monde naturel. J’étais fasciné par sa complexité, j’adorais sa forme et j’ai toujours voulu en apprendre davantage. J’ai donc sauté sur la chance que j’ai eue de travailler en stage coopérative. Ceci me permettait de remuer mes méninges, de repousser les limites de mon savoir et de travailler mes points faibles. Cette coopérative m’a aussi donné une direction qui me mènera à ma carrière de rêve. Ce programme était très divertissant et je m’en souviendrai pour le reste de ma vie! » (Jasper Kibzey, Archbishop Denis O'Connor Catholic High School)

« Somme toute, ceci a été une expérience extrêmement enrichissante, pleine de défis et de souvenirs qui me permettront de progresser avec confiance dans le domaine de la santé et du bien-être. » (Jamaal Stewart, Gary Allen High School)

« Même si le programme de recherche coopérative en ligne est difficile, et parfois intimidant, il nous permet de développer des habiletés qui sont difficiles à améliorer dans notre quotidien: la gestion du temps, un esprit critique, le jargon scientifique, la communication et j’en passe. Tout cela en une expérience. » (Katherine Lien, Bloor Collegiate)

« L’expérience de travail avec les scientifiques de SciNet m’a rendue plus déterminée en ce qui concerne mes objectifs d’avenir. Cette possibilité d’étudier des domaines des technologies de l’information et de l’informatique m’aidera à progresser davantage dans mes futures études. » (Jackie Ke, Earl Haig Secondary School)

« Depuis mon expérience dans le programme COOP de recherche en ligne, je comprends mieux le rôle de l’informaticien dans la recherche scientifique. L’un des projets du cours que j’ai suivi consistait à concevoir un programme d’automatisation du traitement parallèle des cellules. Ce projet m’a d’abord amené à penser à comment il serait possible de simuler la reproduction de cellules par l’entremise d’un programme. Après avoir appris à concevoir ce programme, j’ai réalisé que les mêmes techniques de conception de base que j’avais utilisées pour mon simple programme pourraient également être utilisées pour simuler des systèmes biologiques beaucoup plus compliqués. J’ai commencé à réfléchir aux autres types de phénomènes biologiques qui pourraient être simulés. C’est le genre de réflexion que j’ai appris à développer dans ce cours. Maintenant, je continue d’étudier les métadonnées et le traitement parallèle avec le même enthousiasme que lorsque je participais au programme COOP de recherche en ligne, et mon objectif est de devenir un jour biologiste informaticienne. » (Nikki Sigurdson, Earl Haig Secondary School)

« Le programme COOP de recherche en ligne était un nouveau cours à Earl Haig S.S. et il a encore plus motivé mes intérêts dans le domaine des STIM. Avec M. Spence, de l’équipe du Calcul de haute performance (CHP) de SciNet, le sujet principal était la superinformatique. Même si je n’avais pas de vraies connaissances dans ce domaine avant d’en entendre parler, je suis reconnaissant du fait qu’il a changé la façon dont je perçois la réalisation des recherches en sciences modernes. Cette expérience a grandement motivé mes intérêts cette année, et j’ai également décidé de poursuivre avec l’exploration de données et les sciences analytiques. » (John Zhong, Earl Haig Secondary School)

« Pendant ma onzième année, j’ai eu la chance de me joindre à un programme COOP de recherche qui était offert par M. Erik Spence et qui était axé principalement sur la superinformatique. Pendant le cours, notre laboratoire informatique a été transformé en un superordinateur à huit nœuds afin d’apprendre comment paralléliser le code au moyen du module Pypar et Unix. Vers la fin du cours, nous nous sommes fait attribuer un projet final. J’ai choisi de le faire sur l’exploration de données à l’aide de mots précis dans de vieux articles du Toronto Sun portant sur le superordinateur à huit nœuds. Grâce à cette expérience, j’ai appris les principes de base de la superinformatique et du traitement des métadonnées tout en obtenant un aperçu des autres domaines intéressants de l’informatique, comme l’intelligence artificielle. » (Robert Pan, Earl Haig Secondary School)

 

Témoignages des mentors

« J’ai trouvé que le programme de recherche coopérative en ligne a été une expérience bénéfique. Il m’a donné la chance de travailler avec un jeune du secondaire très motivé qui ne connaissait pas mon domaine de recherche. Le travail qu’il a accompli a été au-dessus de mes attentes. »

« En tant qu’administrateur académique, mon contact avec un élève aussi intelligent et enthousiaste m’a fait réaliser ce qu’on pouvait faire pour stimuler de l’intérêt dans les sciences. »

« J’adore transmettre mon savoir et j’ai donc accepté avec joie de faire du mentorat en éducation coopérative quand mon superviseur de thèse m’a offert une telle expérience. J’ai aimé la flexibilité du programme dans le sens où des normes de travail ont été suggérés, mais il y avait plein de place pour la créativité! »

Mentors

Les organisateurs tiennent à remercier les chercheurs et experts suivants qui ont participé en tant que mentors :

  • Brad Bass (Université de Toronto)
  • Juan Beltran (Collège militaire royal)
  • Stephen Brown (Université de Guelph)
  • Habiba Bougherara (Université Ryerson)
  • Nikolai Chepelev (Santé Canada)
  • Gordon Coleman (Santé Canada)
  • Becky Cudmore (Pêches et Océans Canada)
  • Sara de la Salle (Le Royal)
  • Jonathan Dursi (SciNet)
  • Aaron Farnsworth (Santé Canada)
  • Sarah Gagliano (CAMH)
  • Lora Giangregorio (Université de Waterloo)
  • Sylvain Hallé (Université du Québec à Chicoutimi)
  • Subramanian Karthikeyan (Santé Canada)
  • Jaime Llambias-Wolff (Université York)
  • Amanda MacFarlane (Santé Canada)
  • Dennis McCormac (Ontario Genomic Institute)
  • Terry McMahon (Université de Waterloo)
  • Aaron Percival (Recherche et développement pour la défense Canada)
  • Alain Plouffe (Ressources naturelles Canada)
  • Tatiana Scorza (Université du Québec à Montréal)
  • John Seguin
  • Erik Spence (SciNet)
  • Yasir Sultan (Environnement Canada)
  • Errol Thomson (Santé Canada)
  • Azam Tayabali (Santé Canada)
  • Aaron Witham (Environmental Biodetection Products Incorporated)
Date de modification :