Sélection de la langue

Recherche

101. Magnétomètres (1968)

Précédent
Magnétomètres

Les écarts locaux dans les valeurs du champ magnétique de la Terre reflètent les propriétés du substrat rocheux. Pour en faire usage, la Commission géologique du Canada a entrepris des levés aéromagnétiques au Canada en 1947. Toutefois, au cours des années 1960, une nouvelle génération de magnétomètres a déclenché une révolution mondiale en matière de cartographie aéromagnétique.

Au Canada, Paul Serson, scientifique de l'Observatoire fédéral, et Larry Morley, géophysicien de la Commission, ont adapté un magnétomètre à précession de protons pour enregistrer le champ magnétique total de façon plus précise qu’avec les systèmes antérieurs. Pour supplémenter la cartographie géologique et stimuler l'exploration minérale, la Commission a lancé une campagne de levés dans lesquels des magnétomètres ont été tirés derrière des aéronefs volant à une altitude de 1 000 pieds.

Le magnétomètre à précession de protons a été remplacé par le magnétomètre à absorption optique du rubidium. Cet instrument a été utilisé pour la première fois en 1968 monté derrière l'aéronef Queenair de la Commission dans un système à mât. Ayant une sensibilité cent fois plus élevée que celle du magnétomètre à précession de protons, le magnétomètre au rubidium permettait de déterminer les sources géologiques de façon plus précise.

En revanche, le magnétomètre au rubidium a été remplacé par des magnétomètres à double faisceau à vapeur de césium, ayant une sensibilité plus de mille fois supérieure à celle du magnétomètre à précession de protons. Cette amélioration, combinée avec le positionnement par GPS, produit maintenant des données de levés aéromagnétiques de très haute résolution.

Categorie : Équipement et appareils

Décennie : Années 1960

GSC 175 - CGC 175

Suivant
Date de modification :