Sélection de la langue

Recherche

Rejoignez des experts du monde entier pour en savoir plus sur la préparation en cas de pandémie

Août 2022 | Agence canadienne d’inspection des aliments | par Naheda Sahtout, Ph.D., et Sara Dizzell, Secrétariat du Réseau de laboratoires de niveau de biosécurité 4 pour les zoonoses (réseau BSL4Z)

Vous êtes-vous déjà demandé ce que ça pourrait être de mettre une combinaison hermétique et de franchir les portes bioétanches reliées au laboratoire de confinement le plus élevé du Canada à Winnipeg? Ce laboratoire renferme quelques agents pathogènes les plus mortels au monde – il s’agit des virus Ebola, virus Hendra, virus Nipah, etc.

L’accès au laboratoire n’étant réservé qu’aux experts hautement qualifiés, nous pouvons néanmoins vous offrir la meilleure possibilité de rejoindre un réseau mondial d’experts qui travaillent dans ces laboratoires lors de la conférence internationale 2022 du réseau de laboratoires de niveau de biosécurité 4 pour les zoonoses (réseau BSL4Z). Nous espérons vous y voir!

Conférence internationale 2022 du réseau BSL4Z

Cette année marque la 3e conférence internationale annuelle du réseau BSL4Z. Le thème général est « Aller de l’avant plus fort : Renforcer la préparation aux maladies zoonotiques ». La conférence comprendra une série de séances virtuelles en septembre et octobre 2022 :

  • SRAS-CoV-2 : hier et aujourd'hui, le jeudi 8 septembre 2022
  • Pathogènes émergents et ré-émergents : recherche actuelle, défis et opportunités futures, le jeudi 15 septembre 2022
  • « Cutting-Edge Virtual Symposium on Coronavirus with Disease-X Potential », du 27 au 30 septembre 2022
  • Former un personnel de classe mondiale dans une ère postpandémique : compétences, culture et avancées technologiques, le jeudi 6 octobre 2022
  • Progrès en matière de biosûreté, de biosécurité et de biosurveillance, le jeudi 13 octobre 2022

Inscrivez-vous maintenant

Inscrivez-vous maintenant à la Conférence internationale 2022 du réseau BSL4Z. L’inscription est gratuite et en ligne.

Le réseau BSL4Z encourage la participation de toute personne intéressée par les sujets de la conférence, notamment la COVID-19, les agents pathogènes émergents et réémergents, la formation du personnel de laboratoire, la biosûreté et la biosécurité. Les présentateurs et les participants comprennent des experts scientifiques et des professionnels scientifiques de premier plan du gouvernement, du milieu universitaire, de l’industrie et d’organisations à but non lucratif, qui travaillent dans les domaines de la recherche, des menaces biologiques émergentes et réémergentes, de la gestion de laboratoire, de la biosûreté et de la biosécurité, de la diplomatie scientifique et des politiques.

De plus amples renseignements sur chaque séance, y compris les conférenciers principaux et les panélistes, sont accessibles au site Web de l’événement.

Rejoignez la conversation sur Twitter et LinkedIn en utilisant #BSL4ZNet2022.

Explication du réseau BSL4Z

Vous vous demandez encore ce qu’est le réseau BSL4Z et ce qu’il fait? Commençons par examiner son nom. Le niveau de biosécurité 4 (BSL4), souvent appelé niveau de confinement 4 (CL4) au Canada, désigne le niveau de précautions et de mesures de sécurité requis pour contenir les agents biologiques en laboratoire.

Le BSL4 est le niveau le plus élevé, et les installations désignées comme telles sont équipées pour étudier les agents pathogènes les plus dangereux et infectieux qui peuvent causer des maladies graves chez l’homme. Le laboratoire entier est comme une boîte scellée dans un bâtiment. Ils sont soigneusement conçus pour contrôler l’environnement intérieur, peuvent résister aux pannes d’électricité et aux catastrophes naturelles, et sont régulièrement testés pour s’assurer que toutes les exigences en matière de biosécurité sont respectées. Les scientifiques qui travaillent dans ces laboratoires doivent porter des combinaisons à pression positive dotées d’une source d’air respiratoire alimentée par un tuyau. Ils accèdent au laboratoire par un sas et doivent prendre des douches chimiques pour décontaminer leurs combinaisons chaque fois qu’ils entrent ou sortent.

Le « Z » dans le réseau BSL4Z signifie « zoonotique ». Les maladies zoonotiques, ou zoonoses, sont des maladies qui peuvent se propager entre les animaux et les personnes par de virus, bactéries, parasites et champignons nuisibles. Elles constituent la majorité des maladies infectieuses existantes et émergentes qui menacent la santé humaine. La rage, l’influenza aviaire, la maladie de Lyme, la variole simienne, le virus du Nil occidental, la maladie à virus Ebola, la brucellose et la COVID-19 sont des exemples de zoonoses.

« Net » est l’abréviation de « Network » qui signifie « réseau » et représente le partenariat entre les organisations de santé animale et publique de 5 pays (Canada, Australie, Allemagne, Royaume-Uni et États-Unis) qui composent le réseau BSL4Z. Chaque organisation du réseau travaille avec les laboratoires BSL4 gouvernementaux nationaux pour faire face aux menaces des zoonoses. Après l’épidémie d’Ebola en 2014-2016, il est devenu très clair que ces laboratoires spécialisés dans le monde bénéficieraient de la collaboration, de la coopération et de l’échange de connaissances pour renforcer la préparation et la réponse en cas d’épidémie. C’est pourquoi le Dr Primal Silva, chef des opérations scientifiques de l’ACIA, a travaillé avec des collègues internationaux pour établir le réseau BSL4Z en 2016. Aujourd’hui, les organisations partenaires du réseau BSL4Z travaillent en étroite collaboration pour former le personnel, promouvoir les collaborations scientifique et institutionnelle, et finalement nous aider à être mieux préparés aux futures épidémies et pandémies.

L’installation BSL4 de l’ACIA

Le Centre scientifique canadien pour la santé humaine et animale (CSCSHA) de Winnipeg est la première installation au monde à abriter sous un même toit des laboratoires BSL4 de santé humaine et animale : le Laboratoire national de microbiologie (LNM) de l’Agence de la santé publique du Canada et le Centre national des maladies animales exotiques (CNMAE) de l’ACIA.

Les scientifiques de l’ACIA au CNMAE sont des experts dans l’étude et le diagnostic de plusieurs maladies animales et zoonotiques. C’est également un laboratoire de référence de l’Organisation mondiale de la santé animale (OMSA) pour la peste porcine africaine et la peste porcine classique, l’influenza aviaire hautement pathogène et l’influenza aviaire faiblement pathogène chez les volailles, ainsi que la fièvre aphteuse. Les laboratoires de référence de l’OMSA sont reconnus à l’échelle internationale pour leur expertise dans le suivi et la lutte contre les maladies animales.

Le CNMAE est également un centre de référence pour l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) qui possède une expertise en matière de fièvre aphteuse et d’autres maladies vésiculeuses d’Amérique centrale et du Sud.

Une approche « Une seule santé »

Les gens interagissent avec des animaux sauvages et domestiques pour de nombreuses raisons, notamment en tant que propriétaires d’animaux de compagnie et d’animaux de service, d’agriculteurs, de chasseurs, de pêcheurs et de vétérinaires. Bien que nos liens avec les animaux soient importants et bénéfiques à bien des égards, ils entraînent également de nombreuses voies d’infection pour les maladies zoonotiques. Ces voies soulignent l’importance d’une approche holistique de la santé tant pour les animaux que pour les personnes, ainsi que pour l’environnement dans lequel nous interagissons.

La reconnaissance de l’interdépendance entre les animaux, les personnes et l’environnement est la base d’une approche des questions liées à la santé, connue sous le nom « Une seule santé ». À l’ACIA, l’approche « Une seule santé » sous-tend la façon dont on aborde les problèmes comme les maladies zoonotiques, la salubrité et la sécurité alimentaires, les éclosions de maladies animales, les espèces envahissantes, la résistance aux antimicrobiens, la contamination de l’environnement et d’autres menaces.

Pour gérer ces défis complexes et interconnectés, l’approche « Une seule santé » requiert une approche multidisciplinaire et collaborative avec un engagement aux niveaux local, national et mondial. Le réseau BSL4Z est un bel exemple pratique de l’approche « Une seule santé ». L’accent mis par le réseau sur les maladies zoonotiques établit un lien entre la santé humaine et la santé animale et favorise l’établissement de relations solides entre les installations internationales de BSL4 afin de nous aider à être mieux préparés à répondre aux menaces émergentes et évolutives de maladies zoonotiques.

Consultez le site Web de l’ACIA pour obtenir de plus amples renseignements sur le réseau BSL4Z et les conférences à venir.

En savoir plus


Date de modification :