L’avenir est à l’électricité – mais qu’en est-il des navires de la Marine?

22 septembre 2023

 

Avec la popularité croissante des autos électriques, on conçoit facilement la vitesse d’électrification du marché de l’automobile. Mais quelle est la situation pour les navires de la Marine? C’est exactement la question que Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC) étudie.

Gisele Amow, scientifique de la défense de RDDC, dirige le projet de Technologies des navires militaires électriques (NEST). Le projet consiste à évaluer la faisabilité de l’électrification de la flotte de la Marine royale canadienne (MRC). Il fait partie des efforts visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre des plateformes et des opérations des navires – tout en maintenant la capacité opérationnelle.

Un grand navire gris vu depuis le pont d’un autre navire. Une grande vague déferle entre les deux navires.

Le projet de Technologies des navires militaires électriques (NEST) évalue la faisabilité de l’électrification de la flotte de la Marine royale canadienne (MRC). Photo : Cpl Connor Bennett, Forces armées canadiennes

Le projet bénéficie d’un montant de 1,3 million de dollars sur trois ans du Fonds pour un gouvernement vert et devrait se dérouler jusqu’en 2026. L’équipe du projet comprend des partenaires de RDDC et du MDN, ainsi que le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) et l’organisme CanmetÉNERGIE de Ressources naturelles Canada (RNCan).

Le projet comporte quatre volets :

  1. Mener des études de faisabilité (pour déterminer, par exemple, la mesure dans laquelle les petits navires et les navires auxiliaires de la MRC pourraient être électriques)
  2. Recueillir des renseignements sur les navires ainsi que des données sur leur consommation d’énergie, et effectuer des analyses pour simuler la puissance et la demande énergétique attendues des navires de la Marine
  3. Comprendre les considérations relatives à la sécurité des technologies d’électrification possibles
  4. Déterminer les possibilités et les difficultés opérationnelles liées à l’adoption de navires hybrides ou électriques

L’équipe du projet se penchera sur un éventail d’options pour doter la flotte de la Marine d’une alimentation électrique ou hybride, y compris pour les grands navires comme les frégates. L’équipe examinera également les limites de l’électrification, par exemple les changements qu’il faudrait apporter aux infrastructures portuaires, ainsi que les limites que l’électrification imposerait à l’autonomie des navires.

Liens connexes :